[Interview] The Supermen Lovers, le funk des temps modernes

the-Supermen-Lovers1

Onze ans est passé, onze ans que Guillaume Atlan, alias The Supermen Lovers fût révélé avec l’immense Starlight.

Du temps et des choses se sont passées depuis et c’est après la sortie de quelques maxis toujours aussi dances, des dates dans le monde entier et un court passage par le septième art pour la réalisation de BO, que son second album Between The Ages nous parvient il y’a un an, en novembre 2011.

Du disco, du funk, de électro, The Supermen Lovers nous fait passer par toutes les envies, toutes les émotions, avec l’aide de maîtres en la matière tel Norman Jean Wright, la chanteuse de Chic et Rick Bailey de Delegation, lesquelles n’ont pas hésité à poser leur voix pour lui.

Le maxi Fantasma Disco suit dans la foulée, et nous retrouvons les morceaux Let Me Show You et Say No More clipés et remixés par un panel d’artistes trié sur le volet (Jupiter, A.N.D.Y, Le Loup,..).

A la veille de la sortie du single « We Got That Booty » en featuring avec AntOnin, prévue pour le mois prochain et en attendant de le voir le 06 octobre prochain au Batofar, on vous livre une petite interview de l’artiste.

The Supermen Lovers interview:

I/ Dix ans après la sortie de l’énorme Starlight tu nous reviens avec Between The Ages, décrit nous ton parcours entre ces deux caps.

Entre « Starlight » et « Between the Ages » il y a eu le premier album sorti en 2002 : « The player », puis j’ai sorti toute une série d’EP (Underground disco, Ultimate disco, Fantasia Disco, Noctus Delectatum Disco, Material Disco, et Additional disco) plus orientés dancefloor avec des tracks comme « Rebirth » ou « The Howling session ». Du coup j’ai compilé tout ça dans un deuxième album qui s’appelle « Boys in the wood ».

Puis de 2005 à 2008 j’ai surtout parcouru le monde pour jouer ma musique.

En 2008, je rencontre « Rick Bailey », le chanteur du groupe légendaire Delegation, et on décide de faire un morceau ensemble: « Take a chance ».

Du coup ça m’a donné envie de me remettre au travail sur un nouvel album. J’ en ai parlé au label La Tebwa avec qui je travaillais déjà sur des projets de BO de films et des maxis, qui a tout de suite était optimiste sur l’idée !

Du coup j’ai commencé à préparer le nouvel album.

Parallèlement je faisais aussi pas mal de remix.

II/ Depuis quand prépares tu cet album et quelles ont été tes inspirations?

J’ai commencé le premier titre en 2008 donc. Mais le gros de l’album s’est fait en 2009, c’est à ce moment que j’ai été le plus productif.

J’ai toujours ecouté beaucoup de disco et de funk. Bizzarement mon père écoutait surtout du rock mais il faut croire que ça ne m’a pas touché plus que ça.

C’est un pote qui m’a fait découvrir le funk quand j’avais 15 ans…depuis je n’ ai pas trouvé mieux…

Enfin…si quand meme… Il y a eu la house qui m a complètement retourné quand j’avais 20 ans. Mais en fait c’est du funk la house…enfin pour moi.

Puis à partir de 2008 je me suis vraiment retrouvé dans toute la scène nu disco émergente de l’époque…

III/ A l’écoute de Between The Ages, on se rend compte que tu n’as rien perdu de cette amour pour le funk, que tu transformes en une réelle énergie communicative. Qu’est-ce que représente le funk pour toi, quelles sensations as-tu en l’abordant?

Le funk est pour moi une musique forte, puissante qui donne une impression de chaos festif. C’est l’essence même de la musique pour les dancefloors. Cette musique semble ludique et facile à écouter mais en fait elle necessite une technique et un savoir faire incroyable!

comme dit « Georges Clinton » : « if you got funk, you got class »!

Je ne pourrais pas m’en passer.

IV/ Pour ce nouvel album tu t’es entouré de personnes comme Norma Jean Wright, la chanteuse de Chic, ou encore Rick Bailey de Delegation. Etait-ce important pour toi de travailler avec des artistes de cette envergure ? Que t’ont-ils apporté?

J’ai rencontré Rick Bailey par hasard lors d’un gig en france où il était venu. Il est venu me voir à la fin du live pour me dire qu’il avait adoré et qu’il voulait qu’ on bosse ensemble. Je ne me suis pas fait prier!

Pour Norma Jean, la chanteuse du groupe chic, c’est elle qui m a envoyé un message sur myspace (à l’époque myspace était encore d actualité) pour me dire que si j’avais des instrus elle se ferait un plaisir de chanter dessus! Là je t’avoue que c’est un peu le genre de mail que t’attends dans tes rêves! La chanteuse de Chic qui veut bosser avec toi! J’en pleurais de joie!

Je dois dire que j’ai été très surpris par leur simplicité, la façon dont ils m’ont abordé.

D’ailleurs pour l’anecdote « Rick bailey » a enregistré en une seule prise le morceau « Take a chance »! j’avais jamais vu ca! Je lui ai chanté une fois la mélodie…il m’a dit : « OK j’ai capté »…puis est parti derrière le micro.

Une prise!

Merci Monsieur.

V/ On a pu noter un passage par le septième art de ta part, pour la réalisation de BO. Et en regardant tes clips, déjà à l’époque de Starlight, on comprend que tu attaches une réelle importance à la vidéo. Source d’inspiration, passion, qu’est que cela représente pour toi?

Bizzarement au début j’avais très peu de sensibilité visuelle. C’est vraiment quelque chose que j’ai developpé avec le temps. Au début de « The Supermen Lovers » j’ai du m’intéresser aux Arts graphiques comme le graffiti, la 3D, la vidéo etc…Quand j’ai rencontré les frères Nicolas (les réalisateurs des vidéos de Starlight et Hard stuff) j’ai compris la nécéssité pour moi de développer ma sensibilité visuelle. Du coup je me suis prêté au jeu des B.O. Puis (surtout dans le 2ème album) j’ai commencé à faire des tracks en imaginant des images, tout un monde visuel, comme dans « The Bridge » par exemple.

VI/ Et sinon que peux-tu nous dire sur ton avenir ? Des projets, des rêves en têtes ?

Plein de projets!

Tout d’abord une tournée à partir de ce mois de septembre ou j’essaye de montrer que l’electro funk a besoin d’être jouée « live »! Des synthé, keyboards, séquenceurs, sampleurs, des machines humaines quoi! Et aussi de la guitare, basse etc…

A partir du mois d’octobre la sortie d’un nouveau single : « We got that booty Feat AntOnin » avec des remix de Aka Aka, Justin Faust et Reset!… et une belle video.

La surprise c’est qu’on ressort aussi l’album « Between the Ages » avec 5 nouveaux titres inédits pour le mois de novembre.

Je viens aussi de finir la production du nouvel EP de « Natty Fensie », une artiste belge qui fait du très bon son rock funk. A sortir fin octobre!

Bonus : Le morceau de la fin.

James Brown : People get up and drive your funky soul

Dernier cadeau, le septième volet de sa série « Foundation Mixtape », on se réchauffe avant la rentrée!

The Supermen Lovers / Foundation mixtape #7

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

%d blogueurs aiment cette page :