STREET RULES

#

La dégueulasserie du jour : la collection WTF signée Kanye West et adidas

adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (13) (680x453)En ce vendredi 13 février, une chose est sûre : Kanye West enchaîne les bourdes. Après un passage très remarqué aux Grammys 2015, entre coup de gueule contre Nike en plein concert de Big Sean et blagounette récidiviste lors de la remise du prix du meilleur album à Beck, Yeezus rajoute une couche à sa connerie avec la présentation de sa collection travaillée avec adidas, la « Yeezy Season 1 ».
Hier soir, on découvrait donc cette collection tant attendue par tous. On ne va pas se le cacher, après une bien belle erreur avec sa Yeezy 750 Boost, on était tous impatients de voir la suite. Et on n’est pas déçus ! Enfin…
Dans le genre mégalomane, on a trouvé les pépites : adidas et Kanye West ont en effet vu les choses en grand. On peut même dire qu’ils ont eu les yeux un peu plus gros que le ventre. A sortie exceptionnelle, dispositifs exceptionnels : il est 16 heures à NY, 22 heures en France. Le Gaumont d’Opéra à Paris projette, comme 41 autres salles dans le monde, le défilé de cette saison 1 par Yeezy « rythmé » par la musique (insupportable) de Vanessa Beecroft. Premiers arrivés, premiers servis : les plus impatients qui sont donc en avance reçoivent un coupe-vent made by Kanye (qui a d’ailleurs fait office d’invitation au défilé new-yorkais) aux allures des ponchos Ouest France distribués au festival des Vieilles Charrues ou de ceux que l’on peut acheter à Disney avec la grosse tête de Mickey sur le dos.
Bon, ce n’est pas le plus important donc on va passer aux faits : la collection Kanye West x adidas « Yeezy Season 1 » à proprement parler. Si toi aussi tu as été très surpris par la gueule de la première sneaker sortie, accroche-toi parce que, comme nous, tu n’es pas au bout de tes peines…

A travers la vidéo ci-dessus et les photos que tu prendras plaisir à regarder, on découvre les très nombreux (95) looks imaginés par la tête pensante de Chicago. On ne sait pas où il trouve toute son inspiration mais le moins qu’on puisse dire c’est qu’il en a dans la caboche. Avec des mannequins aussi souriants que lui, la collection transpirait déjà, à première vue, la joie de vivre et la bonne humeur. A croire que c’est contagieux. Dans une ambiance sombre, froide voire glauque, on découvre un spectacle d’un nouveau genre digne du défilé géant organisé pour l’armistice en Corée du Nord. On se pose alors une question : WHAT THE FUCK?! Des meufs semi-à poil façon Lara Croft cheap, des mecs perdus sous une masse de tissu, des épaisseurs de collants couleur chair (les pires) le tout dans ce hangar froid et clinique, véritable scène de crime. Kanye West vient de tuer le streetwear.adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (8) (466x700) adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (24) (466x700)On découvre des jeunes hommes et jeunes femmes prêts à partir au combat. On sent d’ailleurs les larmes dans leurs yeux et on entend presque leurs questionnements internes « mais qu’est-ce que je fous là putain ? » Dur. Si on part du principe que seuls les mecs doivent avoir l’entrejambe couvert, alors la collection est complète et répond à deux mots d’ordre « XXXL » et « haillons » le tout placé sous le thème de la guerre (que tu viens de déclarer à la street culture Yeezus !).
adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (17) (466x700)Clairement, on ne voit que ça : des pulls et vestes extra-larges qui risqueraient d’étouffer la petite North si son papa laisse traîner ses affaires, des gilets pare-balles, des bottes-chaussettes, des joggings en coton que l’on a tous mis un jour pour les 2 heures d’EPS au collège ou qu’on porte encore le dimanche pour chiller pénard devant le replay de South Park. Et la cerise sur le gâteau, véritable must-have de cette collection, le pull déchiqueté par une horde de loups affamés qui attendaient devant le hangar.adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (32) (466x700)Passons aux sneakers maintenant, puisque c’est le gros de la collection. On entend par là « la seule pièce terminée » (et encore, on est gentils). Aux côtés de la Yeezy 750 Boost, on découvre deux paires de la Boost version low et le tout dernier modèle de duck boots, remake de la Pataugas Amok mais avec trois bandes. Euh, non, sans les trois bandes pardon. C’est bien la peine de dire que la collection est travaillée avec adidas si c’est pour lui retirer son emblème… A moins que ce soit Adi Dassler himself qui ait interdit d’apposer sa signature ? Auquel cas, on comprendrait.
adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (12) (466x700)Niveau accessoires, on est aussi bien gâtés : des mitaines (ou vieux gants Domyos dont on a coupé les extrémités), des sacs de parachutistes (#coupdetat), des casquettes de caporal ou de joueurs de polo mal dans leur peau et deux gros sacs en daim dans lesquels ta sœur pourrait rentrer.
adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (19) (466x700)Voilà. Trop de Kanye West tue le Kanye West, élu « roi du mauvais goût » pour 2015 et les années à venir. Ressaisis-toi bordel, ou pars loin et reviens tard. On espère quand même que le flop de cette première saison avec adidas lui servira de leçon et que la série ne durera pas aussi longtemps que Les Feux de l’Amour, que l’on classe au même niveau. C’est-à-dire bien bas.
Pour les plus obstinés, la collection sera bientôt dispo et comme on te disait l’autre jour, adidas nous a concocté un petit bijou de technologie, l’appli CONFIRMED par laquelle tu peux réserver tes pièces aux trois bandes favorites. Mais avant ça, profite de cette belle dégueulasserie dans son ensemble, tu ne seras pas déçu.
adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (7) (466x700) adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (26) (466x700) adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (30) (466x700) adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (31) (466x700)adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (18) (466x700)adidas-kanye-west-yeezy-season-1 (11) (466x700)Surprise du chef : déjà, si tu as réussi à tenir jusqu’à la fin de la vidéo AVEC le son, chapeau. Ensuite, tu as dû le remarquer, Yeezus nous a fait un petit cadeau sonore moins désagréable que les  images, seul argument positif à cette nouvelle collection. Faut bien donner un peu de baume au cœur aux plus déprimés ! En parallèle de ce défilé macabre, Kanye West nous donc a livré en exclu le premier titre de son prochain opus, retour aux sources qui nous ramène en 2008 et à son album 808s and Heartbreak. « Wolves » de son petit nom est réalisé en featuring avec Vic Mensa et Sia, et c’est plutôt réussi. En tout cas, Kanye a vu juste dans ses paroles : « Je suis tout simplement mauvais« . Là, on est d’accord ! Heureusement qu’il lui reste cette corde à son arc pour remonter le niveau. On te laisse sécher tes larmes ou ravaler ton vomi sur ce nouveau son. Enjoy !

https://www.youtube.com/watch?v=pCCf-fIpQVg

 Photos : complex